La publicité que tu n’as pas le droit de voir

Posted on by 1 comment

L’obsession qu’ont les majors à protéger leurs œuvres et surtout les droits d’auteur qui y sont liés est très compréhensible, mais peut tourner au ridicule quand cela devient exagéré.

Ainsi, au hasard de mon surf, je suis tombé sur un article expliquant la campagne de Guerilla Marketing (officielle) réalisée dans les rues de Madrid pour la sortie de Resident Evil Afterlife, un grand moment de cinéma avec Milla Jovovich….

En gros, la campagne consiste à envahir la ville de zombies sous forme de bras à moitié putréfiés, à moitié ensanglantés, qui sortent des trottoirs et autres bus et vitrines.

Comme souvent, pour créer le buzz autour de la campagne, les auteurs, l’agence Bungalow 25, ont créé une vidéo qu’ils ont placée sur YouTube.

Et c’est là que l’on voit toute l’intelligence du juriste de service: quand je trouve cette vidéo sur un blog tel que celui de Copyranter et que j’essaie de la voir, j’obtiens ceci:

Bravo Sony, tu payes une campagne de pub, tu demandes un buzz, mais tu t’assures de limiter les droits de visionnage sur la publicité en question.

Et ceci est tout à fait voulu et conscient. Si l’on va sur la chaîne YouTube de l’agence, on y trouve la vidéo en double: une version que l’on n’a pas le droit de regarder en Belgique et une version à laquelle on a accès:

Bon, l’intérêt de la vidéo est très limité en soi, mais la construction juridique (qui a une excellente raison, j’en suis sûr) derrière une campagne dont on est supposé faciliter la diffusion me laisse quand même perplexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *