Koksijde Airshow

Posted on by 2 comments

airshow-tbnJ’ai eu l’occasion ce samedi 4 juillet d’aller au Kosijde International Airshow, à Koksijde comme son nom l’indique.

Comme tout non-fan qui va à ce genre d’événement, j’y allais dans l’esprit de passer une journée pour faire plaisir aux enfants accompagnant, mais avec la légère crainte que de voir virevolter des avions pendant plusieurs heures risque d’amener rapidement à une certaine lassitude.

Au bout d’une bonne demi-heure de file (ceci est la route de la mer un premier samedi de juillet par beau temps), j’ai eu le plaisir d’y découvrir un événement extrêmement bien organisé (côté militaire oblige?) accessible et fort varié.
Expositions diverses d’engins, d’unités, activités pour enfants, et même le service vente de l’armée qui liquide ses stocks de gourdes, casquettes, sacs… à des prix toutirikiki permettent d’agrémenter la journée sans la finirmunten avec un torticolis. Évidemment, certaines démonstrations aériennes sont très impressionnantes et valent le déplacement, je regrette de ne pas y avoir pris un bon appareil photo.

Le seul bémol est probablement le système de boissons et alimentation présent et accessible, mais basé sur un système de jetons à la mathématique simple et excessivement bien expliquée (voir photo à droite), mais qui vous alourdit le portefeuille de façon royale.

Aussi, personnellement, je vous déconseille d’investir 5 € dans le simulateur de vol de la Patrouille de France, qui est un beau camion qui abrite probablement le plus mauvais simulateur du genre que j’ai jamais eu l’occasion d’essayer. (Le film semblait tiré d’un épisode d’époque des Chevaliers du Ciel)

Dans l’ensemble un chouette événement à voir une fois (par beau temps) et servi par un impeccable organisation qui arrive à limiter les désagréments liés au fait de se retrouver avec plusieurs milliers de personnes au même moment au même endroit.

2 comments on “Koksijde Airshow

  1. Pour pas dépenser trop de sous, faut faire comme moi, enfant (j’avais 10 ans, hein): se perdre dans la foule, se retrouver au poste de secours, se faire offrir un coca (puis un deuxième), admirer les militaires et, zou, c’est dans la poche.

    Bon, me suis aussi faite engueuler solidement par ma mère qui a eu la peur de sa vie (sa gamine qui disparaît dans un événement où il y a plein, plein d’hommes, c’est loin d’être super rassurant) mais on n’a rien sans rien, hein…

    (mais à nos âges respectueux, on ne se fait plus enguirlander par sa maman…)
    (ok aussi, à nos âges respecteux, on aura du mal à se faire passer pour quelqu’un de « perdu dans la foule » et on pourra se brosser pour le coca gratuit, ahum…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *