Et si on parlait d’autre chose que de crise financière?

Posted on by 1 comment

Alors que tous les bons pères de famille constatent que leurs actions de la Générale de banqueroute valent autant que le papier sur lequel elles sont imprimées et se font un mini-inFirstus du myocarde au son des paroles d’un directeur d’Ethias très taquin, d’autres en profitent pour retirer leurs billes de façon savoureuse.

Mais, est-ce bien important? Peut-être pas, et notre vénérable Institut National de Statistiques l’a bien compris. Ces matheux et statisticiens -qui sont les rois des chiffres, du PNB, du PIB, de la démographie, du rendement, du nombre de bagnoles et de GSM, et des taux de toutes sortes- mesurent aussi des concepts beaucoup plus abstraits tels que… le bonheur.

En effet, chaque année, le bonheur des belges est mis en carte en un nombre entre 0 et 100 qui résume les 5 pages de définition que l’on trouve sur Wikipédia. On y apprend ainsi que le belge moyen a un taux de bonheur de 60,99 sur 100.
Bien que très impressionnant, ce chiffre reste malgré tout assez difficile à interpréter… Reste donc à voir les tendances et indices pour essayer d’y relever des informations « intéressantes ».

L’argent fait le bonheur, c’est statistiquement prouvé: en nous informant que le bonheur moyen d’une personne aisée est 20% supérieur à celui d’une personne en difficultés financières, l’INS coupe une belle patte à ce canard de proverbe ancestral.

Pour être heureux, parlez flamand: encore une fois, les statistiques sont imparables: on est plus heureux en Flandre (et dans une moindre mesure à Bruxelles) qu’en Wallonie. Petits wallons, vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire à l’école.

Seules les femmes ont du mal avec la solitude: bien que la tendance générale montre que la vie en couple est plus « heureuse » que la vie en solitaire, les chiffres montrent clairement une différence de 5 points pour les femmes vivant seules alors qu’elle est inférieure à 2 points pour les hommes.

Couples, ne vous mariez pas: que ce soit pour les hommes ou les femmes, les cohabitants sont en général très légèrement plus heureux que les personnes mariées.

Quitte à vous séparer, faites-le pour de bon: le veuvage mène à 10% de bonheur en plus que le divorce.

Jeunes, profitez-en; moins jeunes, soyez patients: la courbe de bonheur en fonction de l’âge est claire, la période de vie professionnelle active est la moins drôle.

Sois belge et tais-toi: cette conclusion ne vient pas de notre Institut National à nous, mais de l’université de Leicester qui, en 2007, a publié la carte mondiale du bien-être subjectif repise ci-dessous. Mis à part l’emploi d’un vocabulaire plus prudent (et probablement plus correct) que celui de notre INS, cette carte montre clairement la bonne position de la région Benelux, la Belgique étant 28e au niveau mondial et 10e au niveau européen.

Sur ce, je vous souhaite une bonne journée.

Je me permets d’attirer l’attention du lecteur qui ne connait pas l’esprit de ce blog qu’il est sur un blog personnel avec un pur objectif de loisir. L’article ci-dessus, bien qu’il soit basé sur des faits et données officielles, a un pur but de divertissement et n’est absolument pas à prendre au sérieux. Les raccourcis et interprétations hors-contexte des données sont pour la plupart statistiquement totalement invalides, mais purement volontaires. 😉

One comment on “Et si on parlait d’autre chose que de crise financière?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *