Les dessous de Secret Story

Posted on by 3 comments

En ce dimanche nuageux, il m’est venu l’idée saugrenue et d’arrêter mon zapping sur l’émission culte Secret Story. Comme c’est actuellement la première fois que je regarde, je ne connais pas très bien les personnages et leurs noms; je demande donc aux fans de me pardonner certaines approximations qui probablement nuiront à l’intensité de l’histoire et la qualité du scénario de par mon récit basique.

Voici donc les aventures minute par minute… Avant que vous ne lisiez la suite, je précise que les faits et leur chronologie sont authentiques et vérifier: ça ne s’invente d’ailleurs pas… Aussi, je conseille aux enfants et âmes sensibles de ne pas aller plus loin dans la lecture au risque de tomber dans un coma profond.

13h50: On est dans une pièce qui semble être une chambre à coucher au vu des matelas et couettes amassés au sol et des valises entassées dans le fond. Le spectateur neutre se dit que depuis les semaines qu’ils sont là, ils auraient pu défaire et ranger leurs valises, mais ce n’est pas le sujet.

A l’avant-plan, une blonde et une brune dorment… La chambre est éclairée comme un nid d’oiseau en plein feu d’artifice, il est près de deux heures de l’après-midi, mais nos deux demoiselles dorment paisiblement, visiblement habillées et maquillées toutes deux.

La brune est sous une couette bordeaux, couchée sur le ventre. La blonde, au-dessus de sa couette couleur aubergine, est positionnée sur le dos avec une rotation au niveau du cou et du bassin qui font que son visage et ses genoux font face à la caméra…

13h51: le silence ambiant est intense… le spectateur augmente le son pour vérifier que sa TV marche…

13h52: toujours autant de sommeil et de silence, rien ne bouge… la tension monte…

13h53: ça y est, on se doutait que quelque chose allait arriver. la brune soulève son bassin à deux reprises sous la couette et, et… tend les jambes. La couette bordeaux en frémit pendant 3 secondes.

13h54: la situation est hors de contrôle, la brune fait glisser sa main gauche le long de son coussin et semble cligner des yeux. Mais ce n’est qu’un début, ce glissement de main semble réveiller la blonde qui se retourne, couvre ses jambes d’un coin de sa couette et dort maintenant sur le côté en montrant le bas de son dos à la caméra.

Le spectateur qui avait oublié qu’il avait mis sa TV à fond pour vérifier le silence est assourdi par les froissements de couette…

13h55: rien

13h56: toujours rien, quoique, dans le fond de la chambre on aperçoit une paire de jambes en training gris qui passe de gauche à droite.

13h57: la paire de jambe passée, on entend une porte qui grince…

Ici le spectateur neutre se dit qu’il est dommage que les portes grincent déjà dans cette maison qui semble toute neuve et moderne, mais ce n’est pas le sujet.

La porte grince et -miracle- le réalisateur a trouvé un bouton qui permet au spectateur de voir une autre pièce, à savoir une cuisine-salon très moderne dans laquelle une autre blonde (méchée et aux cheveux longs celle-là) range de la vaisselle.

Le spectateur qui entend les assiette cogner se dit qu’il serait vraiment temps de baisser le son de sa TV.

Il n’y a pas deux assiettes qui semblent venir du même service, mais la blonde est concentrée, d’autant plus qu’elle risque à chaque seconde d’être la victime d’une robe un rien trop longue et qu’elle ne peut tenir que quand elle n’a pas d’assiette en main… Cruel dilemme pour faire la vaisselle.

Le spectateur ne peut s’empêcher de remarquer la position de la caméra qui plonge dans le décolleté de la blonde à chaque prise d’assiette…

13h58: tcheu dit, y en a des assiettes, mi crapôde

13h59: la blonde a trouvé le truc, elle fait un noeud dans sa robe afin de faire remonter cette dernière jusqu’aux genoux et de révéler des sandales de Jésus dernier cri.

Mais le nœud lâche et elle est obligée de le refaire… Ne reculant devant aucun effort notre blonde remonte cette fois sa robe jusqu’à mi-cuisse…

Les évènements se déchainent, la blonde semble entendre quelqu’un elle se retourne pour aller voir et là… un dialogue s’annonce, le spectateur aux aguets a alors vraiment l’air d’un con (au cas où ce n’était déjà pas le cas) car le silence retombe et l’écran affiche la mention « Coupure sonore nécessitée par le contrôle éditorial. »

14h00: retour à la chambre , mais sous un autre angle. Le spectateur voit alors la couette blanche qui traine par terre et qu’il avait loupée la première fois… Ouf se dit-il

Gros plan sur le dos de la première blonde: elle respire… Re-ouf.

Et ainsi continue l’hitoire, mais afin de ne plus trop vous relever les secrets et ne pas spolier le suspens qui font le buzz médiatique, je vais arrêter mon récit ici (et puis, j’ai quand même un peu mieux à faire). J’espère avoir su -en ces dix minutes- rendre la profondeur totale du programme et l’intensité de ce show de premier plan.

3 comments on “Les dessous de Secret Story

  1. cool ça, je devrais m’y mettre a cette émission pleines de rebondissements et de péripéties. ^^

  2. J’ai failli m’endormir rien qu’en lisant dans… ma couette 😀

  3. Extrait de 7sur7 :

    Depuis plus de huit semaines, nous devons supporter les « gros », « t’es refait » et « frère » importés par Cyril dans la maison et que tous les habitants reprennent en choeur pour une raison qui nous échappe.

    Heureusement, l’accent bruxellois, carolo et namurois de nos compatriotes a un peu contre-balancé ces expressions répétées (au moins) cent fois par jour. Les « Y a rien dans ce truc fieu », « Y a plus de choco, c’est quoi ce bazar? » et « C’est exagéré, quoi » de Matthias mêlés aux « T’es mauvaise » de Samantha et « Non mais dis donc » d’Isabelle ont un peu égayé ce vocabulaire plutôt triste.

    Mais tout cela n’est rien comparé aux perles que nous avons sélectionnées. Des phrases loufoques ou grammaticalement suicidaires prononcées par les 16 candidats de Secret Story. Mention spéciale à la grammaire selon Nicolas et au vocabulaire selon Alexandra.

    Leçon 1: Réviser les bases

    – Nathalie: Ma journée commence quand je me lève.

    – Maéva: 1 mois, c’est 3 semaines?

    Leçon 2: Vocabulaire

    – Samantha: Un presbyte, c’est celui qui travaille dans un presbytère.

    – Alexandra: Ce serait possible d’avoir de la musique en acapulco?

    – Isabelle: Tu es circoncis? Où ça? A Paris?

    – Samantha: On va manger de la viande anale?

    – John-David: Une chrysalide, je croyais que c’était une pierre.

    – Alexandra: Se montrer à la hauteur, ça veut dire en l’air?

    – Marilyn: Il paraît que Cyril est champion de brique-dance, je ne sais pas ce que c’est : peut-être qu’il lance des briques.

    – Matthias: Pour plus d’équitabilité…

    – Alice : Ca m’étonne pas de lui, il a beaucoup de culturisme.

    – Alexandra: Ca veut dire quoi récidiver?

    – Nicolas: J’ai fait ça pour pigmenter le jeu

    Leçon 3: Expressions

    – Alexandra: Je sens mauvais des dents?

    – Matthias: J’ébruite le bruit.

    – Matthias: J’en mettrais ma main à couper au feu.

    – Isabelle: Ça on ne l’oubliera pas deux fois.

    – John-David: Ce n’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire des limaces.

    – Nathalie: Je vais me motiver l’anus.

    – Nicolas: On ne va pas en faire un bateau.

    Leçon 4: La grammaire avec Nicolas

    – Si Nathalie aurait fait ce que Samantha aurait fait, j’aurais dit pareil.

    – Ici on est dans un jeu: si on se fait découvert, on se fait découvert.

    Leçon 5: Les exceptions

    – Alexandra: Il y a un raton laveur dans le ciel!

    – Laurent: Tu meurs avec les yeux ouverts si tu meurs réveillé.

    – Laurent: Mourir et ressusciter, en même temps, c’est pas simple.

    – Hayder: C’est dur d’être filmé 7 jours sur 24.

    – Matthias: Quand j’étais petit, on m’a volé mon vélo. Deux jours après, je me suis mis au kickboxing.

    – Hayder: « Je ne fais pas l’amour ici, j’ai les couilles trop relax ».

    Exercice pratique: phrase à nombreux compléments

    – Maéva: Malgré que je veux pas une relation ici, moi j’ai kiffé sur toi; maintenant toi tu t’es peut-être mal interprété, mais voilà, maintenant je te comprends pas. (7sur7)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *