Une charte du Web 2.0?

Posted on by 1 comment

Vous avez très certainement entendu parler de la récente mésaventure de spamming Quetchup (non, je ne lie pas et c’est fait exprès) dont Fred Cavazza, Christophe Lefèvre et d’autres membres plus ou moins influents de la blogosphère francophone ont été les victimes.

C’est probablement suite à la constatation de ce genre de mésaventure que quelques membres influents de la communauté web 2.0 outre atlantique ont développé une « Bill of Rights for users of the social web« .

Les auteurs:

  • Joseph Smarr: L’architecte et premier employé de Plaxo.com, ce service qui a débuté en 2001 en proposant l’entretien, l’échange et la mise à jour de carnets d’adresses
  • Marc Canter: qui après avoir fondé Macromedia en 1984 est maintenant le CEO-créateur de Broadband Mechanics
  • Robert Scoble: le seul blogueur/evangeliste qui a parlé en bien de Microsoft et qui est toujours là 😉
  • Michael Arrington: rien moins que l’auteur/créateur de Techcrunch, quatrième blog au monde selon Technorati

Le texte en version originale:

A Bill of Rights for Users of the Social Web
Authored by Joseph Smarr, Marc Canter, Robert Scoble, and Michael Arrington
September 4, 2007

We publicly assert that all users of the social web are entitled to certain fundamental rights, specifically:

  • Ownership of their own personal information, including:
    • their own profile data
    • the list of people they are connected to
    • the activity stream of content they create;
  • Control of whether and how such personal information is shared with others; and
  • Freedom to grant persistent access to their personal information to trusted external sites.

Sites supporting these rights shall:

  • Allow their users to syndicate their own profile data, their friends list, and the data that’s shared with them via the service, using a persistent URL or API token and open data formats;
  • Allow their users to syndicate their own stream of activity outside the site;
  • Allow their users to link from their profile pages to external identifiers in a public way; and
  • Allow their users to discover who else they know is also on their site, using the same external identifiers made available for lookup within the service.

La traduction maison:

Déclaration des droits de l’utilisateur du Web Social
Rédigée par Joseph Smarr, Marc Canter, Robert Scoble, et Michael Arrington
Le 4 septembre, 2007

Nous déclarons publiquement que tous les utilisateurs du web social ont un ensemble de droits fondamentaux, dont en particulier:

  • L’entière propriété de leurs informations personnelles, y compris:
    • les données de leur propre profil
    • la liste des personnes auxquels ils sont connectés
    • le flux du contenu qu’ils créent;
  • Contrôle total sur le partage de cette information personnelle avec d’autres utilisateurs, et
  • La liberté de permettre un accès libre et illimité à cette information personnelle à tout site externe de confiance.

Tout site adhérent à cette déclaration devra:

  • Permettre à ses utilisateurs de syndiquer leur propre profil, leurs listes d’amis et toute donnée qui sera partagée avec eux par le service au moyen d’une URL permanente ou d’un API avec un format de données ouvert;
  • Permettre à ses utilisateurs de syndiquer leur contribution en dehors du site;
  • Permettre à ses utilisateurs de lier de leur page profil vers tout identifiant externe de façon publique, et
  • Permettre à ses utilisateurs de découvrir qui parmi leurs connaissances est aussi membre du site sur base des mêmes identifiants externes mis à disposition pour recherche au sein du service.

Voici donc une initiative d’actualité. Comme les auteurs même l’indiquent, il s’agit ici d’un premier jet qui sera certainement appelé à évoluer, mais l’idée est très intéressant. Comme toujours dans les bonnes déclarations il faudra juste voir si elle prendra assez de valeur et d’importance pour que les « non-conformes » en subissent un inconvénient.

Via Zengestrom

Category: Internet | Tags:

One comment on “Une charte du Web 2.0?

  1. En effet, ça prend tout son sens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *